Luke James né en 1990 à Dijon (France)

L’ombre et son oiseau II, titre de cette exposition de Luke James, est aussi celui d’une de ses photographies. Elle représente une ombre au sol. Ce qui la produit est hors champ, absent de l’image. La forme de cette ombre évoque celle d’un oiseau en vol. Bien que tous les objets et tous les êtres produisent une ombre, les formes de ces traces peuvent faire penser à autre chose que leurs causes factuelles.

Luke James a recouvert le sol du bâtiment par un nouveau sol, prélevé ailleurs. À un espace, et à son aspect reconnaissable, est superposé un autre, dont l’histoire est connue de l’artiste. Pour nous, ils ne portent que des traces dont les causes restent mystérieuses, illisibles.

Dans l’espace entre deux, Luke James a inséré deux cartes, une dame de pique et un valet de cœur, la face de chacune tournée vers l’extérieur. Serrées l’une contre l’autre, elles aussi sont en contact, se frôlent et se rencontrent.

En effet, les pièces exposées par Luke James sont produites par ou évoquent le contact. Il s’agit pour l’artiste d’en explorer les différents registres, du recouvrement au frôlement en passant par l’étreinte et l’enlacement, autant que les gammes de leurs effets, de la douceur à la violence.

---